Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député Stéphane Demilly - Votre député

permanences

Communiqués et interventions

11/10/2018 Tribune
Soutien de la campagne d’Handicap International demandant à ce que la France prenne part au processus d’élaboration...
Lire la suite

09/10/2018 Communiqué de presse
La trésorerie d'Acheux-en-Amiénois ne fermera pas!
Lire la suite

08/10/2018 Communiqué de presse
Téléphonie mobile : Stéphane Demilly demande un échéancier précis au gouvernement !
Lire la suite

03/10/2018 Proposition de loi
Co-signature de la Proposition de loi de M. Christophe Naegelen visant à encadrer le démarchage téléphonique et à...
Lire la suite

25/09/2018 Canal Seine Nord Europe
La Société de projet va s’étoffer !
Lire la suite

31/08/2018 Communiqué de presse
Importation de salicornes: Stéphane Demilly interpelle le Ministre de l’agriculture.
Lire la suite

31/07/2018 Canal Seine-Nord : Prorogation de la DUP
Stéphane Demilly tient à réagir à la publication au Journal officiel, du décret "prorogeant les effets du décret du 11...
Lire la suite

04/07/2018 Communiqué de presse
Pensions de réversion: Stéphane Demilly interpelle le gouvernement.
Lire la suite

02/07/2018 Communiqué de presse
Sites funéraires et mémoriels à l’UNESCO Stéphane Demilly interpelle Audrey Azoulay
Lire la suite

02/07/2018 Proposition de résolution
Co-signature de la Proposition de résolution de Mme Agnès Firmin Le Bodo tendant à mieux maîtriser le poids de la...
Lire la suite

27/06/2018 Proposition de loi
Co-signature de la Proposition de loi de Guy Bricout visant à instaurer un congé de deuil de douze jours consécutifs...
Lire la suite

27/06/2018 Proposition de loi
Co-signature de la Proposition de loi de Mme Laure de La Raudière visant à réduire le délai des donations exonérées de...
Lire la suite

13/06/2018 Proposition de loi
Co-signature de la Proposition de loi de Jean-Christophe Lagarde visant à renforcer la liberté des étudiants de passer...
Lire la suite

07/06/2018 Proposition de Résolution
Co-signature de la Proposition de résolution de M. Charles de Courson visant à promouvoir l'autonomie fiscale des...
Lire la suite

30/05/2018 Proposition de loi
Co-signature d'une Proposition de loi de Jean-Christophe Lagarde visant à renforcer la liberté des étudiants de passer...
Lire la suite

30/05/2018 Proposition de loi
Co-signature de la Proposition de loi de Thierry Benoit instaurant un système de bonus malus pour le permis de...
Lire la suite

28/05/2018 Question écrite
M. Stéphane Demilly interroge M. le ministre de l'éducation nationale sur l’avenir du rectorat de l’Académie d’Amiens.
Lire la suite

15/05/2018 Communiqué de presse
Harcèlement téléphonique: Stéphane Demilly demande au gouvernement d’agir !
Lire la suite

09/05/2018 Communiqué de presse
Réforme des institutions et relation Etat/collectivités: Stéphane Demilly interpelle le gouvernement sur le ras le bol...
Lire la suite

11/04/2018 Proposition de Loi
Démarchage téléphonique
Lire la suite

04/04/2018 Communiqué
Canal Seine-Nord et Loi Mobilités Stéphane Demilly interpelle le gouvernement
Lire la suite

03/04/2018 Communiqué
Plan Préfectures Nouvelle Génération Stéphane Demilly interpelle le gouvernement
Lire la suite

30/03/2018 Proposition de loi
Stéphane Demilly a cosigné une proposition de loi visant à créer un droit d’opposition effectif du consommateur face au...
Lire la suite

05/03/2018 Canal Seine Nord Europe
Les « Députés du Canal Seine-Nord Europe » sollicitent une rencontre avec le Président de la République.
Lire la suite

01/03/2018 Proposition de loi
Stéphane Demilly a cosigné une proposition de loi visant à faire reconnaitre la lutte contre le diabète "Grande Cause...
Lire la suite

01/03/2018 Communiqué
Rapport Spinetta : pas de citoyens de seconde zone !
Lire la suite

28/02/2018 Proposition de loi
Stéphane Demilly a cosigné une proposition de loi visant à renforcer la lutte contre le commerce illicite des produits...
Lire la suite

19/02/2018 Proposition de loi
Stéphane Demilly a cosigné une proposition de loi relative aux sociétés agroalimentaires
Lire la suite

14/02/2018 Communiqué
Intéressement des salariés aux bénéfices des entreprises: Stéphane Demilly interpelle le gouvernement
Lire la suite

13/02/2018 Proposition de loi
Stéphane Demilly a cosigné une proposition de loi relative au pouvoir d'adaptation des vitesses maximales...
Lire la suite


Les archives : 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

 

imprimer cette page

Tribune 11/10/2018

Soutien de la campagne d’Handicap International demandant à ce que la France prenne part au processus d’élaboration d’une déclaration politique internationale contre les bombardements des civils.

 Avec plusieurs collègues parlementaires, Stéphane a décidé de co-signer une tribune (ci-dessous), appelant à soutenir la campagne d’Handicap International et demandant à ce que la France prenne part au processus d’élaboration d’une déclaration politique internationale contre les bombardements des civils. Celle-ci a été publiée dans le journal La Croix.

TRIBUNE - Nous, parlementaires de tous horizons, demandons à ce que la France prenne part au processus d’élaboration d’une déclaration politique internationale contre les bombardements des civils.

Nous, parlementaires de divers horizons politiques, appelons à une large mobilisation afin de soutenir l’action d’Handicap International dans la lutte contre les bombardements des civils. La France ne peut rester silencieuse face aux drames humains qui se jouent. Elle doit être pleinement partie prenante des discussions qui se tiennent au niveau international s’agissant de mettre fin aux bombardements des civils partout dans le monde.

En 2017, chaque jour dans le monde, 90 civils ont été tués ou blessés par une arme explosive. Les conséquences sont graves, parfois irréversibles : les armes explosives tuent, provoquent des blessures sévères (brûlures, amputations, fractures complexes, etc.), génèrent des handicaps et des traumatismes psychologiques durables. Les habitants sont forcés de se déplacer pour échapper aux bombardements et tirs, contraints de laisser derrière eux leurs biens et leurs maisons.

Les armes explosives détruisent sur leur passage les infrastructures essentielles telles que les habitations, les écoles ou les hôpitaux. Une fois le conflit terminé, les conséquences dévastatrices et pérennes de l’utilisation de ces armes rendent périlleux le retour des populations dans leurs quartiers : les civils sont alors exposés au danger des armes qui n’ont pas explosé lors de l’impact, communément appelées « restes explosifs de guerre» en vertu, notamment, du Protocole V à la Convention sur certaines armes classiques. Aujourd’hui, dans le monde, 61 pays sont contaminés par des mines et autres restes explosifs de guerre qui peuvent rester actifs plusieurs décennies après les conflits. Ils entravent la reconstruction, rendent dangereux l’accès aux champs et aux services et maintiennent ainsi les pays et leurs populations dans la pauvreté et le dénuement les plus graves.

Pourtant, soumis à leurs obligations de Droit International Humanitaire, les belligérants doivent protéger les personnes civiles et les bâtiments publics. Toute opération dans le cadre d’un conflit armé doit être menée dans le respect du principe de distinction entre civils et combattants. Or, lorsque 92% des victimes d’armes explosives en zones peuplées sont des civils, est-il possible de les qualifier de dommages collatéraux ? En Irak, Syrie, au Yémen, dans les conflits actuels, le Droit International Humanitaire est régulièrement bafoué. Les villes devenues des théâtres d’opérations, sont bombardées sans distinction. Mais alors que les conflits armés se sont considérablement intensifiés dans les villes les plus densément peuplées, la mobilisation de la communauté internationale s’est réduite à la condamnation publique, bombardement après bombardement, de ces pratiques intolérables.

À portée de volonté politique, les États ont pourtant les moyens d’agir ! NOUS avons les moyens d’agir. Aujourd’hui, 12 États travaillent à l’élaboration d’une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées, soutenue par António Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies. La France a toute sa place dans le processus d’élaboration de cette déclaration politique internationale et doit donc y prendre part. Au moment où Paris accueillera, en novembre prochain, un Forum International pour la Paix, nous, parlementaires, appelons la France à rejoindre le processus politique en cours.

Membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, notre pays ne peut rester indifférent aux multiples transgressions du Droit International Humanitaire conformément aux engagements pris lors de la nouvelle stratégie humanitaire 2018-2022 de la France.

Il est de notre rôle de parlementaires de rappeler, sans cesse, la nécessité impérieuse d’être conscients, de ne pas accepter le fatalisme et de faire preuve de réalisme. Il est de notre devoir de ne jamais accepter l’indifférence avec pour corollaire toutes les raisons qui pourraient la justifier. Cet appel, au-delà de notre volonté ferme et sans faille d’une France qui agit pour la protection des populations civiles, est une invitation à l’empathie comme à l’indignation, pour créer et consolider un front de refus face à ces drames humains qui se perpétuent à huis-clos.

 

Soutien de la campagne d’Handicap International demandant à ce que la France prenne part au processus d’élaboration d’une déclaration politique internationale contre les bombardements des civils.

Tribune
Soutien de la campagne d’Handicap International demandant à ce que la France prenne part au processus d’élaboration d’une déclaration politique internationale contre les bombardements des civils.

11/10/2018

 Avec plusieurs collègues parlementaires, Stéphane a décidé de co-signer une tribune (ci-dessous), appelant à soutenir la campagne d’Handicap International et demandant à ce que la France prenne part au processus d’élaboration d’une déclaration politique internationale contre les bombardements des civils. Celle-ci a été publiée dans le journal La Croix.

TRIBUNE - Nous, parlementaires de tous horizons, demandons à ce que la France prenne part au processus d’élaboration d’une déclaration politique internationale contre les bombardements des civils.

Nous, parlementaires de divers horizons politiques, appelons à une large mobilisation afin de soutenir l’action d’Handicap International dans la lutte contre les bombardements des civils. La France ne peut rester silencieuse face aux drames humains qui se jouent. Elle doit être pleinement partie prenante des discussions qui se tiennent au niveau international s’agissant de mettre fin aux bombardements des civils partout dans le monde.

En 2017, chaque jour dans le monde, 90 civils ont été tués ou blessés par une arme explosive. Les conséquences sont graves, parfois irréversibles : les armes explosives tuent, provoquent des blessures sévères (brûlures, amputations, fractures complexes, etc.), génèrent des handicaps et des traumatismes psychologiques durables. Les habitants sont forcés de se déplacer pour échapper aux bombardements et tirs, contraints de laisser derrière eux leurs biens et leurs maisons.

Les armes explosives détruisent sur leur passage les infrastructures essentielles telles que les habitations, les écoles ou les hôpitaux. Une fois le conflit terminé, les conséquences dévastatrices et pérennes de l’utilisation de ces armes rendent périlleux le retour des populations dans leurs quartiers : les civils sont alors exposés au danger des armes qui n’ont pas explosé lors de l’impact, communément appelées « restes explosifs de guerre» en vertu, notamment, du Protocole V à la Convention sur certaines armes classiques. Aujourd’hui, dans le monde, 61 pays sont contaminés par des mines et autres restes explosifs de guerre qui peuvent rester actifs plusieurs décennies après les conflits. Ils entravent la reconstruction, rendent dangereux l’accès aux champs et aux services et maintiennent ainsi les pays et leurs populations dans la pauvreté et le dénuement les plus graves.

Pourtant, soumis à leurs obligations de Droit International Humanitaire, les belligérants doivent protéger les personnes civiles et les bâtiments publics. Toute opération dans le cadre d’un conflit armé doit être menée dans le respect du principe de distinction entre civils et combattants. Or, lorsque 92% des victimes d’armes explosives en zones peuplées sont des civils, est-il possible de les qualifier de dommages collatéraux ? En Irak, Syrie, au Yémen, dans les conflits actuels, le Droit International Humanitaire est régulièrement bafoué. Les villes devenues des théâtres d’opérations, sont bombardées sans distinction. Mais alors que les conflits armés se sont considérablement intensifiés dans les villes les plus densément peuplées, la mobilisation de la communauté internationale s’est réduite à la condamnation publique, bombardement après bombardement, de ces pratiques intolérables.

À portée de volonté politique, les États ont pourtant les moyens d’agir ! NOUS avons les moyens d’agir. Aujourd’hui, 12 États travaillent à l’élaboration d’une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées, soutenue par António Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies. La France a toute sa place dans le processus d’élaboration de cette déclaration politique internationale et doit donc y prendre part. Au moment où Paris accueillera, en novembre prochain, un Forum International pour la Paix, nous, parlementaires, appelons la France à rejoindre le processus politique en cours.

Membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, notre pays ne peut rester indifférent aux multiples transgressions du Droit International Humanitaire conformément aux engagements pris lors de la nouvelle stratégie humanitaire 2018-2022 de la France.

Il est de notre rôle de parlementaires de rappeler, sans cesse, la nécessité impérieuse d’être conscients, de ne pas accepter le fatalisme et de faire preuve de réalisme. Il est de notre devoir de ne jamais accepter l’indifférence avec pour corollaire toutes les raisons qui pourraient la justifier. Cet appel, au-delà de notre volonté ferme et sans faille d’une France qui agit pour la protection des populations civiles, est une invitation à l’empathie comme à l’indignation, pour créer et consolider un front de refus face à ces drames humains qui se perpétuent à huis-clos.

imprimer cette page