imprimer cette page

Communiqué de Presse 18/08/2016

Jeux Olympiques Plaçons Paris 2024 sous le signe du dialogue des cultures !

Suite au refus d’un judoka égyptien de serrer la main de son concurrent israélien à l’issue d’un combat dans le cadre des Jeux Olympiques de Rio, Stéphane Demilly tient à réagir avec fermeté et à affirmer son souhait de voir les compétitions internationales favoriser le dialogue des cultures.

 

Il a saisi Denis Masseglia, Président du Comité National Olympique et Sportif Français, ainsi que François Hollande, Président de la République, afin de leur demander de placer la candidature « Paris 2024 » sous le signe du dialogue des cultures. Il a transmis copie de ce courrier à Thierry Braillard, Secrétaire d’Etat aux sports, Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France et à Anne Hidalgo, maire de Paris.

 

 

Ci-après, les principaux éléments de ce courrier :

 

« Ce qui s’est passé à l’issue de ce combat est intolérable. Plus que jamais, dans un contexte international tourmenté et violent, les jeux olympiques doivent être un espace de dialogue, de tolérance et de respect. Les athlètes doivent être à la hauteur de ce qu'ils incarnent, ils sont des exemples pour des millions de personnes à travers le monde.

 

Le premier des principes fondamentaux de la Charte olympique précise notamment que « l’Olympisme se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple, la responsabilité sociale et le respect des principes éthiques fondamentaux universels ».

 

J’en appelle à ce que la France, nation qui incarne les valeurs des Droits de l’Homme à travers le monde et qui a été touchée plusieurs fois dans son cœur par la barbarie d’idéologies violentes et malsaines, place sa candidature aux Jeux Olympiques 2024 sous le signe du dialogue des cultures.

 

Le respect des valeurs détaillées dans la Charte olympique devra être remis au centre de la compétition.

 

L’obligation faite aux athlètes de saluer leurs concurrents devra être un des piliers symboliques de l’amitié entre les peuples. Le non-respect de ce geste fraternel doit générer immédiatement l'exclusion du concurrent et, le cas échéant, le retrait de la médaille qui lui a été décernée ».